La version de votre navigateur est obsolète. Nous vous recommandons vivement d'actualiser votre navigateur vers la dernière version.

Adidas passe du prototypage à l'impression 3D pour ses running

Posté le 19/10/2015

L'impression 3D améliore vos performances sportives avec les Springblades d'Adidas.

Dans le domaine de la conception et de l'innovation, il est souvent fait référence au prototypage parimpression 3D. Mais quand un équipementier sportif tel qu'Adidas rejoint le cercle des sociétés ayant succombées aux avantages de la fabrication additive, cela donne une running : Springblade.

Modèle totalement innovant par l'aspect de la semelle montée en lames, la Springblade est le cas typique de l'apport de l'impression 3D dans l'industrie de fabrication.

Comme toutes sociétés voulant être à la pointe de son marché, le géant allemand Adidas mise sur la recherche de nouveaux designs ainsi que de nouveaux procédés de fabrication. C'est dans ce cadre qu'il s'est donc rapproché de la société chinoise Shinning 3D, active dans le domaine de l'imagerie 3D. Autrement dit, une société proposant un service de scans ainsi qu'une large gamme de scanners 3D et de logiciels d'acquisitions/modélisations.

Une entreprise plus que réussie, au regard du résultat final !

semelle de running en lame avec moule imprimé en 3Dsemelle de running en lame avec moule imprimé en 3D

Toute l'importance de l'impression 3D a été de créer les moules nécessaires à la production en série de la Snowblade. Les techniques traditionnelles pour la création de moules étant incapables de proposer une solution viable pour l'injection plastique de ce type de modèles complexes.

Mais également en apportant une solution pour le refroidissement rapide du moule en y intégrant un circuit d'échange thermique liquide.

La semelle sortie du moule imprimé en 3DLa semelle sortie du moule imprimé en 3D

En utilisant l'impression 3D pour les phase de prototypage mais également pour la production des moules pour injection plastique, Adidas et Shinning 3D ont obtenus des résultats plus que probants.

Avec une réduction des taux de rebus de 5% à 1% et une baisse du temps de production de la semelle de 22,4 sec à 18,1 sec, le choix de la technologie SLM (frittage de poudre métallique) de l'EOSINT M 280 s'est avéré fructueux.

L'EOS M 280, une imprimante 3D de pièces métalliques (SLM)L'EOS M 280, une imprimante 3D de pièces métalliques (SLM)

C'est donc grâce à se choix, que la société chinoise à pu proposer et améliorer ce type de moules prêts à l'emploi...

Moules en acier imprimés en 3DMoules en acier imprimés en 3D

Commercialisé depuis quelques mois et disponible en version personnalisable à partir de 200 euros sur le site Adidas, nous n'avons nul doute que ce modèle apporte une meilleure absorption des chocs mais également un certains rebond favorable pour les utilisateurs.

Encore un exemple de l'intervention de l'impression 3D dans le monde industriel mais également au bout de nos pieds.

Si vous vous demandez ce que l'impression 3D peut apporter à votre activité ou que le prototypage rapide soit pour vous un moyen de développement, n'hésitez pas à nous contacter !

Notre équipe vous apportera des réponses à vos questions en vous proposant des conseils et devis gratuits pour vous aider à concrétiser vos idées.

 

Nacere DIAFI

 

Politique d'utilisation des cookies

Ce site utilise des cookies pour stocker des informations sur votre ordinateur.

Acceptez-vous l'utilisation des cookies ?